MOUVEMENT ET EXPRESSIONS

Alain Guillot

Une formation scientifique, suivie de deux carrières professionnelles bien différentes, m'ont appris que le sens de l'OBSERVATION, de l'ANALYSE et de la SYNTHÈSE constitue un atout déterminant en tous domaines. Pourquoi pas dans celui de l’Art Pictural ?

Intuition rapidement confirmée par la pratique, une fois la retraite arrivée.

 

 

Les débuts -

 

Quelques dessins de modèles vivants le soir aux Beaux Arts de Clermont-Ferrand - Présidence de l'Association des Artistes d'Auvergne de la ville - Mise en place (entre autres nouveautés) d'un atelier d'initiation et de perfectionnement au dessin.

 

 

Le dessin

 

La finalité d'un tel atelier est de montrer que l’application aux arts plastiques, au dessin en particulier, de quelques principes de vie courante est sources de créativité et de progrès : travail, rigueur, bon sens, simplicité, audace, empathie, humilité.

 

Conditions de réceptivité : la conscience de son niveau réel, et la volonté de progresser sans pour autant brûler les étapes sous le prétexte, légitime s'il n'est pas trop prématuré, de "liberté d’expression".

 

 

La sculpture

 

Si la maîtrise du dessin peut être une fin en soi, elle est le plus souvent, et à juste titre, reconnue être le meilleur préalable à une orientation réussie en matière d'art pictural. Dans mon cas, c'est la difficulté à maîtriser les subtilités de la couleur, qui m'a dissuadé d’évoluer vers la peinture.

 

En revanche, pourquoi des principes adaptés à la "deux dimensions" ne le seraient-ils pas à la "trois dimensions" ?

Ainsi est née une évolution naturelle vers le "volume", en fait un dessin en 3 dimensions, à quelques aspects techniques près, les uns contraignants, les autres facilitants.

 

 

La ligne directrice

 

Difficile de ne pas admettre que pour susciter, outre une satisfaction personnelle, l’intérêt d’un public exigeant, il est recommandé de se distinguer du "tout-venant", aussi réussi soit-il.

 

Ainsi, en se limitant à la représentation humaine ou animalière (en vertu du principe du "Qui peut le plus, peut le moins"), la simple "beauté" (tant recherchée en art, mais difficile à appréhender) ne suffit pas à elle seule.

 

Il convient de faire vivre cette "beauté" en la mettant en MOUVEMENT (notion plus objective et accessible que celle d'un "beau" subjectif et indéfinissable).

 

Concrètement pour un personnage,

 

- avant tout, lui éviter la banalité. Lui donner une ATTITUDE instantanée cohérente et bien marquée, même dans la douceur et la délicatesse. Oser l'exagération en la justifiant, par exemple et si possible, par l’action d’un élément perturbateur (vent, eau, pesanteur, présence inattendue voire incongrue, perturbations diverses).

 

- donner alors au personnage une EXPRESSION mimique (visage et main) en accord avec l'attitude choisie. Pour cela, forcer cette expression pour qu'elle traduise, et même outrepasse, la vivacité du sujet.

 

Or un modèle vivant, qu'il pose ou soit pris en photo, a ses limites physiques et expressives. Il faut davantage que le simple          "copier / coller" d’un "beau" bien réel mais neutre et figé, pour interpeller et séduire durablement un public averti. L’imagination, quelle soit pure inspiration ou dérivée d’un modèle, doit intervenir. Il revient alors à l'artiste de

 

TRADUIRE UNE ÉNERGIE, OSER, FORCER LA DOSE, CRÉER L’INATTENDU

 

Quant au savoir-faire lui-même, c'est une autre histoire, plus concrète et terre-à-terre si j’ose cette allusion au travail de l'argile.

Une formation scientifique, suivie de deux carrières professionnelles bien différentes, m'ont appris que le sens de l'OBSERVATION, de l'ANALYSE et de la SYNTHÈSE constitue un atout déterminant en tous domaines. Pourquoi pas dans celui de l’Art Pictural ?

Intuition rapidement confirmée par la pratique, une fois la retraite arrivée.

 

 

Les débuts -

 

Quelques dessins de modèles vivants le soir aux Beaux Arts de Clermont-Ferrand - Présidence de l'Association des Artistes d'Auvergne de la ville - Mise en place (entre autres nouveautés) d'un atelier d'initiation et de perfectionnement au dessin.

 

 

Le dessin

 

La finalité d'un tel atelier est de montrer que l’application aux arts plastiques, au dessin en particulier, de quelques principes de vie courante est sources de créativité et de progrès : travail, rigueur, bon sens, simplicité, audace, empathie, humilité.

 

Conditions de réceptivité : la conscience de son niveau réel, et la volonté de progresser sans pour autant brûler les étapes sous le prétexte, légitime s'il n'est pas trop prématuré, de "liberté d’expression".

 

 

La sculpture

 

Si la maîtrise du dessin peut être une fin en soi, elle est le plus souvent, et à juste titre, reconnue être le meilleur préalable à une orientation réussie en matière d'art pictural. Dans mon cas, c'est la difficulté à maîtriser les subtilités de la couleur, qui m'a dissuadé d’évoluer vers la peinture.

 

En revanche, pourquoi des principes adaptés à la "deux dimensions" ne le seraient-ils pas à la "trois dimensions" ?

Ainsi est née une évolution naturelle vers le "volume", en fait un dessin en 3 dimensions, à quelques aspects techniques près, les uns contraignants, les autres facilitants.

 

 

La ligne directrice

 

Difficile de ne pas admettre que pour susciter, outre une satisfaction personnelle, l’intérêt d’un public exigeant, il est recommandé de se distinguer du "tout-venant", aussi réussi soit-il.

 

Ainsi, en se limitant à la représentation humaine ou animalière (en vertu du principe du "Qui peut le plus, peut le moins"), la simple "beauté" (tant recherchée en art, mais difficile à appréhender) ne suffit pas à elle seule.

 

Il convient de faire vivre cette "beauté" en la mettant en MOUVEMENT (notion plus objective et accessible que celle d'un "beau" subjectif et indéfinissable).

 

Concrètement pour un personnage,

 

- avant tout, lui éviter la banalité. Lui donner une ATTITUDE instantanée cohérente et bien marquée, même dans la douceur et la délicatesse. Oser l'exagération en la justifiant, par exemple et si possible, par l’action d’un élément perturbateur (vent, eau, pesanteur, présence inattendue voire incongrue, perturbations diverses).

 

- donner alors au personnage une EXPRESSION mimique (visage et main) en accord avec l'attitude choisie. Pour cela, forcer cette expression pour qu'elle traduise, et même outrepasse, la vivacité du sujet.

 

Or un modèle vivant, qu'il pose ou soit pris en photo, a ses limites physiques et expressives. Il faut davantage que le simple          "copier / coller" d’un "beau" bien réel mais neutre et figé, pour interpeller et séduire durablement un public averti. L’imagination, quelle soit pure inspiration ou dérivée d’un modèle, doit intervenir. Il revient alors à l'artiste de

 

TRADUIRE UNE ÉNERGIE, OSER, FORCER LA DOSE, CRÉER L’INATTENDU

 

Quant au savoir-faire lui-même, c'est une autre histoire, plus concrète et terre-à-terre si j’ose cette allusion au travail de l'argile.

DÉBUTS  en  2 Dimensions




QUELQUES  RÉALISATIONS  en  3 D     (terres cuites et bronzes)

Maestro

                                                                                                Gaucher certes, mais pas manchot


Combat inégal

Un parapluie condamné


Dans le vent



"J'ai des fourmis dans mon épée !"

Cyrano de Bergerac - Acte I, Scène IV



Du rire aux larmes


Comme les grands ,

                                                                                         . . . mais en cachette



13 Novembre 2015  -  Le Bataclan

Marianne blessée



Pêcheur de perle

                                                                                                                                     Fantasme de marin




Toute première pose




Crucifixion

Kesako-cotte ?

                                                                                                                   Une étrangère dans mon poulailler !


Elégance


Hyperboles 1 et 2

                                                                 Féminité en équation



Tendresse



Olé !


Confidences


Pérette

                                                                                             Adieu veau, vache, cochon, couvée . . .


Mascaron de fontaine



Quinquennat                                                        Express




Espérant que ce petit aperçu vous a permis de passer un moment agréable

Contacts

 

 

              Alain GUILLOT

 

              10, av Raymond Bergougnan 

              63100 - Clermont-Ferrand

 

              07 81 83 09 61

 

              al.guillot@free.fr

 

              https://alainsculpture.jimdofree.com